[F]otopik

Un forum qui parle d'art, mais pas seulement.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Darky-Betty] "O²b" : Dark and Bloody (but cute) Love Story (extrait: un rêve les yeux grand fermés..)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Darky-Betty
Newbie
Newbie
avatar


MessageSujet: [Darky-Betty] "O²b" : Dark and Bloody (but cute) Love Story (extrait: un rêve les yeux grand fermés..)   Jeu 21 Mai - 15:38

Cette histoire, j'y tiens... que dire, je crois que c'est le roman que j’écris et je préfère de tous.
L'idée m'était venu de faire un "Twilight" version Burton, et avec l'aide d'une amie, de manga-films-bouquins et beaucoup d'idées, voici ce qui est sortie de ma tête.

Je fais un bref résumé:
"Londres, de nos jours.
Steve Browning est le tueur le plus demandé de la ville et est un peu le chouchou du patron.
Enfin, ça c'était hier, car depuis, Steve s'est fait renvoyé!
Du coup, il occupe ses journées a coup de poèmes macabres et de tentatives de susides (pas sûr de l'ortho) divers et variées, toujours en compagnie de son fidèle Rambo, son berger-allemand.
Et, bizarrement, alors qu'il déteste tous le monde (a part son chien et sa petite sœur, la sulfureuse Penny, qui travaille dans une boite de strip-tease), il a une envie qu'il n'avait jamais eu: avoir une petite amie.

Hors, un soir, il croise un certain Benoit Artifice qui lui promet de lui en trouver une.
Sauf que cet homme a d'étranges pouvoirs: voir les esprits et toutes les créatures que les humains (a part les chanceux) ne peuvent pas voir. Alors, avec ses deux filles, il a crée un orphelinat pour enfants monstres qui se sont échapper de leur monde.
(On raconte aussi qu'il a 369 ans, car quand il était petit, en 1869, il aurait avalé par mégarde une potion d'immortalité.)

C'est ainsi que la nuit de la saint-valentin, Steve découvre un cercueil en plein milieu de son entrée. A l'intérieur, une étrange jeune fille ressemblant a une poupée de porcelaine mélancolique. Sauf, que Becky (c'est son nom) est bien vivante, et malgré le fait qu'elle est toutes les qualités du monde (le charme d'Audrey Hedburn, le coté adorable de Chii, la douceur d'un chat, la gentillesse d'une mère, la mélancolie d'un colibri, l'intelligence d'un Estein, les fringues d'un Mana-Sama, etc..) elle a aussi les habitudes alimentaires (x3) d'un moustique ou d'une sangsue.

Et c'est là, que pour le pauvre Steve, les ennuis commencent.... et le coup de foudre aussi!
"

Entre une bonne dose d'humour noir (allant parfois jusqu'au gore x] ), il y a aussi quelques scènes romantiques et des moment ou le "couple" s'interroge sur le sens de la vie, avec les hypothèses digne d'un Beetljuice ou d'une Alice.




Voici un p'tit extrait que je trouve très touchant pour ma part (on remarquera que Malzieu y est pour beaucoup =3) :
Steve s'inquiète. Lui et Becky deviennent de plus en plus proches.... c'est alors, qu'une nuit, il fait un rêve, très étrange....

"J'étais là, et a la fois, j'étais pas là. Étrange sensation! La rue était celle qui menait à l'appart, mais plongée dans un épais brouillard. Mais quesque ce brouillard foutait ici, bordel? Entre les lampadaires, des arbres morts étaient planté. C'était une scène comme on en voit dans les films d'horreur, la scène clé où le héros se fait bouffer, couper en deux, torturer. Tout a coups, quelques touches de brouillard étaient partie et je vis quelques choses de très bizarre... un manège! Mais quesqu'un manège foutait en plein Londres sur une rue a mi-pauvre, mi-riche?

Mais ce manège était très particulier: tout en noir et blanc. Les animaux de bois étaient souvent des lapins, des chauves-souris, des papillons de nuit avec les corps peint en noir et des yeux rouges flamboyant. Les mêmes que ceux de Becky. Elle devait être dans le coin, c'est sûr.
"Beckyyyyyyyyyyyyyyyyyy, hurlais-je, où t'es? Je sais que tu me fais une blague, là! Sors de là, ch'uis pas d'humeur à jouer a cache-cache!"

Soudain, le manège se dévissa à la verticale pour laisser apparaitre... Becky!
En chair et en os, habillée de ses fringues "princesse Sarah", sauce gothique.

Elle s'avançait vers moi avec son regard digne d'un volcan. Que dis-je? Même le Mont Fuji aurait été jaloux de son regard! Un regard de feu, qui vous brûle tout entier, mais contrairement aux dragons, on ne brûle pas de douleur mais d'envie, d'envie folle de la prendre dans ses bras.

En tout cas, c'était mon état actuel. Bouillonnant.

Dès qu'elle s'était suffisamment approchée de mon visage, elle me murmura, de cette voix douce et inquiète qu'était la sienne:
"Tu viens? On s'en va!
-Où ça?"
Elle sourit. Mes joues viraient cramoisis, je le savais.
"Chez moi."

Elle me prit doucement la main. Je m'envolais avec elle. Elle allait me montrer son chez-elle.

Après quelques heures fait en apesanteur à regarder les étoiles se moquaient de nous, nous arrivons chez elle, sur sa terre natale. C'était le jardin d'Eden. Version vampire.

La pleine lune sur un fond étoilée. L'herbe était du même violet que les cheveux de Becky. Celle-ci s'occupait à regarder un colibri noir aux yeux rouges se posé sur le corps d'un lapin pour commencer son repas ("les colibris de chez moi raffolent du sang de lapins, avait t'elle dit."). Plus loin, un lac portant de l'eau rouge-sang coulait. Non, ce n'était pas l'eau, c'était du sang.Le mien, je le savais. J'étais là mi-rêveur, mi-interrogateur, adossé a un arbre mort.

Soudain, Becky sortit de sa contemplation, se leva et... m'embrassa.
Sa langue avait le goût d'un piment. Ses yeux de biches s’accrochaient aux miens. L'incendie se répandait dans la prairie verte de mes yeux. Dans ma bouche aussi.
On s'enlacait contre l'arbre... Penny n'était pas là pour nous hurler aux oreilles "hou! Les amoureux!", Rambo n'aboyait pas comme un fou pour avoir sa pâtée du soir, Vapionna (le colibri de Becky) ne foutait pas le bordel dans ma chambre. On était seuls. Enfin seuls.

Elle retira ses lèvres collées aux miennes.
Non, mon colibri de Minuit, ne fait pas ça! N'éteins pas l'incendie de ma bouche! Ni le feu qui brûle à présent dans mes yeux! Regarde, je le sens même quand je ferme les paupières! Recommence cette douce brûlure, je t'en supplie!

En voyant mon air dépité, elle recommença.
Une larme rouge s’échappait, puis, deux, puis trois, puis une centaine. Becky pleurait du sang, je le sais. J'avais tellement envie de réchauffer son cœur cassé.
Je murmurais pour moi même ma version de la chanson du Chapelier d'Alice aux Pays des Merveilles: "Brille, brille petit colibris! Allume la flamme de mes yeux, je t'en supplie. Brille, brille, je sais parfaitement qu'au fond tu t’es gourée entre mes veines et le nectar."
Et puis, petit à petit, je crée ma propre mélodie pendant que sa langue recommençait son manège.
"Mademoiselle Becky,
Contre moi se blottit,
Un délicat sourire,
La langue d'un dragon,
La nourriture d'un colibri vampire,
Tu es faite pour tout,
Sauf pour me nuire.

Mademoiselle Becky,
Contre moi se blottit,
Une petite faim sans doute,
Je m'en fous,
Je mourrais pour elle,
Je décrocherais la lune,
Je donnerais tout mon sang,
Tous mes sentiments,
Pour ne pas voir couler ses larmes,

Ma vie m'importe peu,
Pourvu qu'elle soit heureuse.

Il y a une chanson,
D’un certain Nico,
Qui dit:
"Nous serons mieux,
Nous serons deux,
Le cœur battant,
Le cœur glorieux,
Dit l'été tu vois jamais,
Dit l'été tu vois blesser,
Mais nous saignerons encore,
A la vie comme a la mort.

Et un certain Mathias,
Qui dit "We lives like Monsters In Love."
Avec toi,
Je ne me sens pas humain
Je me sens enfin quelqu'un.

Becky, je t'ai..."


"GRAND FRERE! Arrête de pioncer! C'est l'heure!"
Tout a coups, tout s'envola.
Pof! Le grand arbre ou on s'enlaçait sans s'arrêter. Pof! La rivière dans laquelle la moitié de mes veines qu'elle avait déjà avalées coulaient. Pof! Le petit colibri suceur de sang de lapin. Pof! La pleine lune qui nous regardait. Et surtout: Pof! Becky: l'amour de ma vie, mon colibri de minuit.
Tout cela n'était qu'un rêve....
Je regardais à présent le visage de ma sœur d'un regard haineux.
Elle n'avait jamais vraiment aimé Becky.
J'avais presque l'impression qu'elle avait lue dans mon rêve...

Je m'en fous: j’attends le jour ou ce rêve se réalisera....."

=3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Darky-Betty] "O²b" : Dark and Bloody (but cute) Love Story (extrait: un rêve les yeux grand fermés..)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Dos habillé" - BETTY-M
» STAR WARS "CELEBRATION EUROPE" - Reportage
» [Collection] "Police Roman" (Lutèce )
» mes "Helen Kish", Piper,Riley, Raven...et Bethany, son arrivée P 10
» News Forge World "Horus Heresy"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[F]otopik :: Culture :: Littérature :: Ecriture-
Sauter vers: